No Beer?

How bizarre when it feels odd that NO earthquake you can feel happened the past 24 hours. The latest bigger one we had Saturday morning at 11:19.
Luckily I’m not a big fan of beer but many are – therefore here some shocking news – we might face beer shortage in the summer:
http://jen.jiji.com/jc/eng?g=eco&k=2011041200935
They’re just having some Tepco press conference live on TV, saying that it’ll take 6 to 9 months to achieve a cold shut-down of Fukushima Daiichi reactors.
Otherwise I’m fighting with another unseen enemy – pollen! Jeez, this year the hay fever is bad… I’m sneezing my head of and scratching my eyes out, damn it…and antihistamines make so sleepy…

1 thought on “No Beer?

  1. Found this on RTL.be
    You can put it into an online translator if interested to read it. Basically says that the radioactive cloud of Thernobyl did cause cancers in Belgium despite authorities not reporting any of it officially.

    Tchernobyl: les enfants belges contaminés

    Tchernobyl a bien provoqué des cancers en Belgique, annonce un spécialiste des glandes endocrines à l’hôpital de Mont-Godinne, le Dr Luc Michel, dans une interview au Soir Magazine à paraître ce mercredi.

    19 Avril 2011 20h03
    Tout au long des années 90, le chirurgien a constaté une forte augmentation des cancers de la thyroïde chez des enfants et de jeunes adolescents qui avaient moins de 10 ans lors de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl de 1986. Cette population jeune est particulièrement à risque lors d’une contamination radiologique, souligne le magazine.

    Version officielle: pas d’impact négatif
    Officiellement, le nuage radioactif qui a survolé la Belgique après la catastrophe de Tchernobyl, les 1er, 2 et 3 mai 1986, n’a pas fait de victimes en Belgique. Pour les autorités belges, l’impact sur la santé publique est en effet complètement négligeable.

    Un avis contesté
    Ce point de vue n’est pas partagé par le Dr Luc Michel qui est convaincu que Tchernobyl est à l’origine de cancers en Belgique et que des mesures de protection plus sérieuses auraient dû être prises à l’époque mais aussi dans les années qui ont suivi. “Des consignes simples auraient pourtant suffi comme empêcher les enfants de sortir durant quelques jours”, explique le spécialiste. “Des cancers de la thyroïde peuvent se déclarer 15 ou 20 ans après l’exposition à l’iode radioactif”, ajoute le Dr Michel. “Des mesures de suivi auraient dû être appliquées pour tous les enfants qui avaient moins de 10 ans en 1986. De simples consignes de palpation attentive de la gorge lors de l’inspection médicale scolaire auraient été utiles.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *